Pour célébrer les 400 ans de la mort de Shakespeare, l’ensemble Les Inventions propose un programme au cœur des principales musiques de scène d’Henry Purcell, avec la complicité de la  la soprano Stefanie True et du ténor Nicholas Mulroy. Du 18 au 20 novembre 2016 à Dijon, Chalon-sur-Saône et Sion.

Henry Purcell composa de nombreuses musiques de scène pour des productions théâtrales, dont trois adaptations de pièces de Shakespeare : la Reine des Fées, de 1692, basé sur le Songe d’une Nuit d’Été, et divers intermèdes pour la Tempête, de 1695, et Timon d’Athènes, de la même année. Pour célébrer le quadricentenaire de la mort de Shakespeare, Patrick Ayrton et Les Inventions rassemblent les plus belles pages de ces trois oeuvres sous forme de concert. Dans Timon d’Athènes, on pénètre dans l’univers de la city comedy avec sa satire grinçante de l’argent, des traquenards et de la folie qui lui sont liées. Shakespeare s’attache à la mise au point d’une rhétorique de la rage, où va exceller un Timon passé du statut de bienfaiteur à celui d’imprécateur féroce, mais non dénué d’humour noir. Purcell illumine l’oeuvre par un intermède (Masque) éblouissant d’ingéniosité et de poésie. Dans la Tempête, la dernière pièce de Shakespeare, la musique tantôt aérienne, tantôt aquatique de

Purcell évoque les thèmes existentiels du pouvoir et de la liberté à travers l’incursion d’un monde autre, bouleversant ainsi nos certitudes. Enfin, dans la Reine des Fées, airs et intermèdes se succèdent en suscitant les plus fraîches sensations de nature, rosée nocturne, aurore, bruissement de forêts et ramages d’oiseaux. Le merveilleux de la fable que président Oberon et Titiana, s’exprime par la délicieuse ambiguïté des modulations, le souvenir raffiné des vielles ballades populaires, la saveur des hautbois, les jeux entre trompettes pimpantes et les cordes élégiaques.

On mesure particulièrement ici l’usage subtilement musical que Purcell sait faire de la langue anglaise, si fluide ou mordante dans les tournures mélodiques et les rythmes qu’il a façonnés pour elle. Dans de telles oeuvres, Purcell était l’égal en maîtrise des premiers musiciens du continent.

LES INVENTIONS
Stefanie True, soprano
Nicholas Mulroy, ténor
Varoujan Doneyan, violon
Elicia Silverstein, violon
Samuel Hengebaert, alto
Felix Knecht, violoncelle
Patrick Ayrton, clavecin et direction

Vendredi 18 novembre 20h00
Dijon, Chapelle du Lycée Carnot
Programmation ABC

Samedi 19 novembre 20h00
Chalon-sur-Saône, Eglise du Sacré-Cœur
Programmation Conservatoire du Grand-Chalon

Dimanche 20 novembre 17h00
Suisse, Sion, Eglise des Jésuites
Programmation Les Riches Heures de Valères

Soprano d’origine canadienne, Stefanie True obtient un Master en musique ancienne au Conservatoire royal de La Haye (Pays-Bas), dans les classe de Diane Folano, Barbara Pearson, Jill Feldman et Michael Chance. Depuis, elle chante régulièrement sur les scènes d’Europe, d’Amérique centrale et d’Amérique du Nord dans des opéras, oratorios, festivals, et récitals. Elle s’est entre autres produite en tant que soliste dans la Passion selon Saint Mathieu et la Messe en si mineur ainsi que dans plusieurs cantates de Bach, le Requiem et la Messe du Couronnement de Mozart, le Gloria de Vivaldi, Der Tod Jesu de Graun, La Resurrezione de Händel et le Requiem de Fauré. 1er prix au Concours Händel de Londres en 2009, elle a interprété les rôles de Cephise (L’Europe Gallante, Campra), dirigé par William Christie, Aci (Aci, Galatea, e Polifemo, Händel), enregistré récemment avec Opera Concertante; Poppea (Agrippina, Händel); et différents rôles dans The Fairy Queen, de Purcell.

Nicholas Mulroy, né à Liverpool, a étudié les Langues vivantes au Clare College de Cambridge avant de poursuivre ses études musicales à la Royal Academy of Music de Londres. Récemment on a pu l’entendre dans Theodora de Haendel (Septimius) sous la direction de Trevor Pinnock, l’Oratorio de Nöel de Bach (l’Evangeliste) à Londres, sous la direction de Sir John Eliot Gardiner, Hippolyte et Aricie de Rameau (Première Parque), sous la direction d’Emmanuelle Haïm au Théâtre du Capitole de Toulouse, L’Enfance du Christ de Berlioz (le récitant), sous la direction de Sir Colin Davis. Il s’est également produit aux Prom’s de la BBC (Vêpres de Monteverdi, Requiem de Campra, Messe de Haydn), ainsi qu’au Festival Haendel de Londres dans La Passion selon Saint-Matthieu (Evangéliste) sous la direction de Laurence Cummings. Sur scène, Nicholas Mulroy a fait ses débuts à Glyndebourne sous la direction de Jurowski dans Les Fiançailles au couvent de Prokofiev ; il a également chanté les rôles mozartiens de Ferrando (Così fan tutte), Don Ottavio (Don Giovanni), Belmonte (L’enlèvement au Sérail), et Belfiore (La Finta Giardiniera).

Fondé par Patrick Ayrton en 2005, l’ensemble de musique ancienne LES INVENTIONS s’affirme au centre d’un réseau de complicités musicales qui s’étend à toute l’Europe et se signale par des concerts, enregistrements et projets pédagogiques. Cette formation internationale s’attache à réinventer le concert classique en renouant avec l’ancien usage de librement mêler musique, poésie et danse au sein d’un même spectacle. LES INVENTIONS travaillent également à révéler des œuvres de compositeurs oubliés afin de les remettre au répertoire. Ainsi, l’ensemble a gravé en première mondiale une sélection de concertos et symphonies du compositeur bourguignon Joseph Touchemoulin (1727-1801), redécouvert par Patrick Ayrton en 2005. En France et à l’étranger, LES INVENTIONS ont participé à de prestigieuses séries de concerts : Opéra de Dijon, Centre Lyrique d’Auvergne, Les Journées Musicales d’Automne de Souvigny, Festival baroque de Valloire, Musicales en Auxois, les festivals internationaux de Ravello et Magnano (Italie), les Concerts Bach de Lutry (Suisse), Musique Ancienne à Baarn (Pays-Bas), etc. L’ensemble a été en résidence jusqu’à 2016, au Festival Bach en Combrailles. Sa discographie, chez les labels Ramée et Signum, comprend des Œuvres choisies de Henry Purcell (coup de cœur de la Critique du BBC Magazine, 2014), en collaboration avec l’ensemble vocal anglais VOCES8. Une sélection de Psaumes de David du compositeur vénitien Benedetto Marcello (version Charles Avison, 1757), toujours avec VOCES8 chez Signum, et parue en 2015.

print