Il y a 170 ans, à Dijon, pour la messe de la sainte Cécile du 22 novembre 1845, la Revue de la Musique Religieuse, Populaire et Classique  de Félix Danjou se fait l’écho du programme musical : entre Robin-des-Bois et solo de violon « dans une ville qui ne manque ni d’intelligence ni de goût pour les arts »…

« On nous écrit de Dijon : « Un journal de notre ville, qui représente spécialement l’opinion catholique, rend compte dans les termes suivants d’une solennité religieuse et musicale, célébrée le 22 novembre, à l’occasion de la Sainte-Cécile : « Samedi dernier, la messe en l’honneur de la sainte Cécile, que nous avions annoncée dans notre dernier numéro, a été exécutée à la cathédrale par MM. les artistes et amateurs de la ville, d’une manière vraiment remarquable. L’illustre et regrettable Weber en faisait les honneurs. Les ouvertures de Robin-des-Bois et d’Oberon ont été rendues avec un ensemble, une verve, etc. »

Suit le détail de la musique exécutée en cette circonstance et dans laquelle figure un solo de violon, un quintette et quelques morceaux de chant. Le rédacteur termine par cette réflexion profonde : « L’art musical ne perd donc rien en devenant religieux, il s’élève et se purifie au contraire, Chateaubriand l’a bien dit : le chant nous vient des anges, et la source des concerts est dans le ciel ».

Ceci n’est qu’un échantillon assez mince de ce qui s’écrit tous les jours au sujet de la musique religieuse : aussi m’abstiendrai-je d’y ajouter aucun commentaire. Mais comment expliquer la conduite du clergé, qui, après avoir condescendu aux étranges fantaisies de nos dilletanti, laisse passer de pareilles lignes dans un journal qu’il soutient de son crédit et de sa plume ? Ce fait donne-t-il la mesure de l’état des esprits au sujet de la question qui nous occupe ? [la restauration de la musique liturgique] Je ne saurai le penser, et pourtant il semble qu’à Dijon, dans une ville qui ne manque ni d’intelligence ni de goût pour les arts, on s’enfonce chaque jour davantage dans un statuo quo où le vandalisme est l’état normal ».

Article publié dans la rubriques des  » Nouvelles diverses » de la Revue de la Musique Religieuse, Populaire et Classique, 1845. Télécharger le document

En savoir plus
> Photo  : archives de la Maîtrise de la cathédrale de Dijon (en 1870) © D.R.
Félix Danjou (1812-1866) la Revue de Revue de la Musique Religieuse, Populaire et Classique 

print